L’acceptabilité des véhicules autonomes

Mardi 2 Avril 2019

Contribution de l’UTP sur l’acceptabilité des véhicules autonomes par le grand public
Le 25 mars dernier a eu lieu le second séminaire sur l’acceptabilité des véhicules autonomes organisé par Anne-Marie Idrac. A cette occasion, l’UTP a présenté les travaux de la commission « Nouvelles Mobilités, Villes de demain » sur les facteurs clés de l’acceptabilité de ce type de véhicules par le grand public.

S’appuyant sur une histoire des transports publics urbains de près de 200 ans, l’UTP a mis en lumière plusieurs facteurs déterminants dans l’acceptabilité par le grand public des véhicules autonomes. Préalablement, ces facteurs avaient été évalués à travers le prisme d’une grille de lecture utilisée en robotique et tirée des théories de la psychologie comportementale. Ainsi, sept leviers aux fondements historiques ont été présentés :

  • Acceptabilité et intérêt général : Répondre à un vrai besoin aux enjeux clairement compréhensibles
  • Acceptabilité et progressivité historique : S’appuyer sur l’existant, sur des références connues et reconnues
  • Acceptabilité et progressivité du changement : Limiter la perception d’un changement de paradigme trop profond
  • Acceptabilité et progressivité territoriale : Circonscrire les territoires d’investigation des véhicules autonomes
  • Acceptabilité et mobilisation des personnels des opérateurs de transport urbain : S’appuyer sur un potentiel interne, pierre angulaire de la réussite
  • Acceptabilité et implication locale : Soutenir les autorités locales en charge des transports publics
  • Acceptabilité et débats d’opinions : Passer des questions d’éthique aux questions de civilité.

Pour les participants de ce séminaire restreint, ces différents leviers ont été perçus comme particulièrement « riches et justes » apportant une vision étayée et convergente avec celle de la Stratégie nationale du développement des véhicules autonomes. Ils faisaient d’ailleurs écho avec la présentation faite sur l’expérimentation de Rouen où l’implication du personnel et le territoire circonscrit étaient deux thématiques mises en avant, mais aussi avec la présentation suivante sur les nouveaux usages du véhicule autonome présentée par le STPA (Système de Transports Publics Automatisés).

La séance a ensuite abordé deux autres thèmes : celui de l’éthique et des travaux naissant en la matière, et celui de la communication institutionnelle sur le véhicule autonome.

Anne-Marie Idrac a conclu le séminaire en pointant deux sujets qui n’avaient pas été abordés : l’acceptabilité financière qui soulève la question du modèle économique des services à la mobilité reposant sur le véhicule autonome et l’acceptabilité logistique qui soulève la question du transport de marchandises.

Contact :
Hubert Richard