Transport public urbain en 2016 : un solide bilan social - 15 juin 2017

UTP
15 juin 2017

Transport public urbain en 2016 : un solide bilan social

Malgré une conjoncture économique tendue, le transport public urbain de province affiche un bilan social remarquablement équilibré (1).
Recrutement, formation professionnelle, progression de la mixité et pérennité de l’emploi sont les quatre grands marqueurs sociaux du secteur en 2016.
 
Plus de 26 500 recrutements et 6 500 emplois créés en dix ans : le bilan social du transport public urbain de province contraste avec l’atonie des grands indicateurs de l’économie française.
En 2016, les réseaux de transport public urbain ont encore effectué quelque 2 500 recrutements, essentiellement pour remplacer les salariés ayant fait valoir leur droit à la retraite, première cause de départ du secteur.
A contrario d’autres activités telles l’industrie où les emplois diminuent (- 0,8% en 2016) (2), le transport public urbain de province affiche des effectifs en légère progression en 2016 : + 0,4 % par rapport à 2015. Compte tenu de la maturité du secteur, les créations de postes sont aujourd’hui essentiellement liées à l’accroissement de l’offre dans certains réseaux : prolongement de lignes, renforcement des fréquences…
 
Progression de la mixité
Au cours de la dernière décennie, la part de femmes dans les effectifs a augmenté de 25%.
En 2016, elles représentent 19,6% des salariés du transport public urbain de province.
Cette féminisation des effectifs est due notamment à l’engagement fort de la profession en la matière, engagement qui s’est notamment concrétisé par la signature, en 2014, du plan sectoriel en faveur de la mixité et l’accord de branche de mise en œuvre du Pacte de responsabilité.
 
Importance de la formation professionnelle
L’investissement consacré à la formation professionnelle reste élevé et s’établit à 59,2 millions d’euros. Ce montant correspondant à 3,8% de la masse salariale, un taux bien supérieur aux obligations légales (1% de la masse salariale) et conventionnelles (1,3% de la masse salariale).
En 2016, plus de trois salariés sur cinq ont bénéficié d’une formation.
 
Solidité de l’emploi
En 2016, 98,1% des salariés travaillent sous contrat à durée indéterminée : une proportion plus élevée que la moyenne nationale (91,9%) et que la moyenne du secteur des transports (94,1%).
Les postes à temps plein représentent 94,5% des emplois; un taux supérieur à la moyenne nationale (84,3%) et au secteur des transports (89,4%). 
 
 
(1) Source : INSEE.
(2) Le bilan social 2016 a été réalisé à partir d’une enquête de l’UTP auprès de 129 entreprises (hors RATP et SNCF), totalisant 47 936 salariés, soit plus de 90% des effectifs de la profession soumis à la convention collective nationale des réseaux de transports publics urbains de voyageurs.
 
Contacts UTP
Claude Faucher, Délégué général. Tél. : 01 48 74 73 67.
Benoît Juéry, directeur des affaires sociales. Tél. : 01 48 74 73 24.
Dominique Fèvre, directrice de la Valorisation et de la Communication. Tél. : 01 48 74 73 46.
L'UTP. L'Union des Transports Publics et ferroviaires (UTP) est l'organisation professionnelle regroupant les entreprises de transport public urbain, les entreprises de transports ferroviaires (voyageurs et fret) et les gestionnaires d'infrastructure ferroviaire en France. Elle représente la profession et défend les intérêts collectifs de ses adhérents auprès des institutions françaises et européennes. L'UTP représente plus de 180 entreprises de transport urbain et ferroviaire réparties sur le territoire français et incarne l'unité de la branche ferroviaire.ISO 26000QualiOp

Télécharger le(s) document(s)